ruina imperii

Lendemains difficiles (PV Cornelia)
avatar


Messages : 13
Habitation : Le plus souvent dans une villa d'Empyrean Sud
Occupation : Patron du Midnight Plaza
civil mafia

Dim 16 Avr - 23:03
« C’est qui lui ? »
« Mais c’est Giovanni Gaspari ! Le directeur de la boîte ! Fais attention je crois qu’il surveille au cas où on casserait un truc. »
« Mais... tout le monde n’est pas censé évacuer l’étage pour la décontamination ? »
« Je sais pas moi, va lui parler toi... »
« Non, toi, va lui parler ! »


Les deux employés de la sécurité civile continuèrent de se chamailler quelques instants puis se résolurent à continuer de bâcher les entrées du bar VIP du Midnight Plaza. Deux gros seaux en plastique traité au varanium étaient posés négligemment sur le comptoir ; ils contenaient des morceaux de la petite gastrea gecko qui avait déclenché l’apocalypse dans tout le club cinq heures auparavant. La pièce était dans un état lamentable : la lumière du matin filtrait à travers les vitres brisées et le sol était jonché de poussières et de liquides étranges. Ça s’affairait aussi à l’étage du dessous, où l’on avait rassemblé les pauvre civils traumatisés dans une pièce et les quelques malchanceux qui avaient été mordus dans une autre.

Giovanni, assis tranquillement sur l’un des canapés qui n’avaient pas été renversés dans la panique générale, surveillait en effet tous les faits et gestes des quelques agents de la sécurité civile qui s’affairaient à causer plus de dégâts dans son établissement qu’il n’y en avait déjà eu. Ces incapables, non contents de s’octroyer le droit exclusif de décider ce que devenaient les individus contaminés du virus (les soigner ? Franchement ? À quoi bon, leur vie est foutue), avaient le culot de prétendre qu’une désinfection totale des lieux était indispensable ! Mais qui était-il pour s’y opposer ? Si le mot se répandait qu’il restait ne serait-ce qu’une particule de sang contaminé sur le sol des toilettes du Midnight, ce serait un vrai coup dur pour les comptes de la boîte la plus culte du quartier.

Alors Gaspari se contentait pour le moment de jeter des regards glaciaux (disons, entre 2 et 5 Kelvin) et attendant, avec le peu de patience qu’on ne lui connaissait que trop bien, qu’on lui dise enfin quand diable il serait en mesure de ré-ouvrir.

______________

∩U∩U∩U∩U∩U∩
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 26
Habitation : Un petit appartement dans la zone sud.
Occupation : Promoter.
Partenaire : Mitsuki Usagi.
promoter

https://fr.pinterest.com/morganefate/cornelia/
Lun 17 Avr - 14:46
LENDEMAINS DIFFICILES X GIOVANNI
Cornelia, qui était encore la petite nouvelle de service, la petite novice qui devait s'entraîner, n'en était pas encore au stade des missions importantes et / ou à l'extérieur. Alors à défaut et pour qu'elle se rende utile, on l'avait envoyée au fameux Midnight, en compagnie d'autres membres de la sécurité civile.

Alors que la plupart étaient occupés à nettoyer l'endroit, la demoiselle, chevelure et col de sa chemise blanche recouvrant autant que possible sa nuque (comme à son habitude), s'affairait auprès des civils qui avaient été témoins du carnage qui avait eu lieu quelques heures plus tôt. On ne lui avait donné que peu de détails mais il n'était pas difficile de comprendre ce qu'il venait de se passer. Tentant comme elle le pouvait de calmer une dame hystérique qui s'inquiétait de savoir si elle était contaminée ou non (alors qu'elle se situait visiblement à quelque chose comme trois pièces de la maudite décédée) et d'assurer à d'autres ronchons que la sécurité civile s'occupait de tout et contrôlait la situation, un collège, qui était jusque là à l'étage du dessus, vint la chercher. Lui tendant un petit dossier, il l'invita à prendre le relais en haut.

En gros il avait peur de parler au patron de l'endroit et il refilait le sale boulot à la petite nouvelle que personne n'aimait de toute façon.

Soupirant, Cornelia monta doucement les marches qui la séparaient de l'étage suivant du Midnight. Elle feuilleta distraitement le dossier et pesta intérieurement contre son collègue qui la laissait être la porteuse de mauvaises nouvelles. Arrivée dans la fameuse pièce, elle avisa bien rapidement le patron des lieux. Ok, ça allait être très drôle.

S'approchant d'un pas lent, elle se racla la gorge et engagea la conversation.

« Monsieur Gaspari ? Agent O'Connell. Je suis désolée de devoir vous annoncer cela, mais on m'a fait savoir que la décontamination des lieux risquerait de prendre plus de temps que prévu. »


Elle essayait d'être la plus à l'aise et la plus sérieuse et formelle possible. Elle devait leur montrer qu'elle était capable de bien faire son travail, même celui dont personne ne voulait. Mais au fond d'elle, elle était passablement nerveuse et, concrètement, morte de peur.

« Pendant ce temps, le bâtiment sera interdit d'accès, au moins jusqu'à... »

Elle baissa les yeux sur le dossier qu'elle tenait dans ses mains.

« Au moins jusqu'à demain soir. Si tout va bien. »

Aïe.

PINN

______________

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 13
Habitation : Le plus souvent dans une villa d'Empyrean Sud
Occupation : Patron du Midnight Plaza
civil mafia

Mar 2 Mai - 23:26
La première qui osa l'approcher, ce fut une toute jeune fille brune. Elle la jouait cool mais tout le monde sentait à dix kilomètres à la ronde qu'elle aurait mille fois préféré disparaître complètement derrière son dossier pour atterrir dans la quatrième dimension.
On avait une mauvaise nouvelle et on en profitait pour bizuter la stagiaire. Ah elle est belle la Sécurité Civile.

Giovanni ne fit pas l'effort de se lever et prit son temps pour réagir. Le verdict était donc une fermeture de deux jours; ce n'était jamais bon signe quand une décontamination prenait autant de temps, jamais. Il avait beau s'être préparé à une annonce de ce genre, il lui faudrait bien le temps d'y répondre sans grossièreté aucune. Il scanna la jeune O'Connell (pourquoi ce nom lui disait-il quelque chose ?) d'un regard noir qu'il ne cherchait même pas à déguiser.

- Fantastique. Il se renfonça un peu plus confortablement sur le dossier du canapé survivant. Mais alors dites-moi jeune fille, j'ose espérer que vous me fournirez également un motif de fermeture un peu moins scandaleux que «décontamination d'urgence» à écrire sur notre communiqué de presse. Vous n'êtes pas sans savoir que quarante-huit heures de décontamination, c'est quarante-huit jours de perte de chiffre d'affaire dans mon milieu. Une telle annonce effrayerait inutilement une partie de ma clientèle.

______________

∩U∩U∩U∩U∩U∩
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Moments difficiles pour nos vieillards!
» Histoire attendrissante de Cornelia Otto Schutt Ti Corn une Haitiano-Allemande
» Dingbats...
» Les lendemains qui déchantent – Plus de paperasse, moins de houblon [PV Harnyll]
» vois 2 persos de mangas préféré(pas negima tention)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-